Cusco et la Vallée Sacrée

Cusco et la Vallée Sacrée

Le 15 septembre, après quatre jours, deux escales et deux nuits de bus, le « terropuerto » de Cusco nous voit débarquer un peu groggys.

Nous filons à l’auberge « La Estrellita », le lieu de rendez vous des cyclistes de la ville. Adolpho nous accueille chaleureusement. Perclu de rhumatismes, il marche difficilement mais le vieux monsieur garde un regard malin et un esprit vif. Sa grande maison simple et propre, organisée autour d’une cour, à deux pas du centre, offre un refuge idéal pour un prix imbattable aux voyageurs montants ou descendants, qui se croisent à cette étape incontournable du continent.

A la façon des nomades, on y traîne autour d’un thé ou d’un café pour palabrer, se donner des nouvelles de la route, s’échanger des bons plans, parler itinéraire, poids des bagages, équipement… Rencontres simples, chaleureuses, cosmopolites (mêmes si les français sont très représentés), qui laissent derrière elles le goût sucré du partage sans conditions et des amitiés éphémères.

 

Notre premier contact avec LA grande ville touristique du pays nous donne l’impression d’avoir traversé une déchirure spatio-temporelle. Grouillant de touristes, alignant restaurants, magasins de souvenirs et boutiques de luxe, le centre-ville est une sorte d’OVNI dans le pays que nous traversons. Les prix y sont deux à trois fois plus élevés, que dans les campagnes où nous avons traîné nos roues ces dernières semaines.
Nous déambulons néanmoins agréablement dans ses rues charmantes bordées de belles maisons coloniales et d’authentiques murs Incas. Les ruines proches nous offrent également le fascinant spectacle de ces incroyables ajustements de pierres pesant parfois plusieurs tonnes.

 

Tout ici fait référence à l’héritage Inca. Les péruviens gardent une grande fierté de cet empire qui régna, construisit et organisa, du sud de l’actuelle Colombie au nord du Chili, avant la conquête espagnole. Même la boisson sucrée nationale s’en est emparé. Malheureusement, en examinant  le dos de l’étiquette on découvre que rien n’échappe aux griffes du géant américain.

 

 

 

Nous organisons notre visite du Machu Picchu pour tenter d’échapper (un peu) au flot touristique. Une journée de vélo nous mène à Ollantaytambo (la seule cité Inca toujours habitée) par les pistes qui dominent la « vallée sacrée » du Rio Vilcanota. Moray, ses terrasses géométriques à la fonction encore mal expliquée, Salinas, ses puits salants déjà exploités par les Incas , … Sous un ciel bleu d’acier le vent pousse paresseusement le cortège des cumulo-nimbus, nos yeux se délectent de la palette de couleurs que nous offre le paysage, et nous nous régalons de la liberté que nous procurent nos vélos (légers !), loin des bus et des visites minutées.

 

Nous sacrifions ensuite au racket organisé du train qui rejoint Aguas Calientes (120$ AR par personne pour moins de 2 heures de train), vilain village artificiel où pullulent hôtels et restaurants bondés de touristes déguisés en Indiana Jones ; un passage quasi obligatoire pour atteindre le Machu Picchu.

Levés à 4h du mat’ pour atteindre le site à pied à l’ouverture par un escalier de 500 m de haut, nous découvrons dans l’aube naissante le merveilleux promontoire, calé sur un petit col, choisi par les Incas pour bâtir cet ensemble.
Nous profitons pleinement des ruines dans le calme jusqu’à 9h30, qui sonnent le débarquement d’une marée bruyante de doudounes et de perches à selfie !

 

 

 

 

 

 

Une dernière journée à Cusco. Nous planifions plus précisément la séquence sud Pérou – Bolivie de notre périple en compilant la somme d’informations glanée auprès de nos congénères sur deux roues.
Nous achevons également d’écumer les bons restaurants de la ville avant de replonger dans le poulet/riz, avec, en point d’orgue, une raclette (charcuterie d’alpaga, pommes de terres et fromages andins : excellents) au « Buffet Frances », en compagnie de Noémie, Thésée et Rodolphe.

7 réactions au sujet de « Cusco et la Vallée Sacrée »

  1. J’attendais cette étape avec impatience, qui me rappelle également de magnifiques souvenirs… J’espère que le flot de touristes, auquel vous n’êtes plus habitués, ne vous a pas trop gâché le spectacle!
    Bizz

  2. Content de revoir ces belles photos du Machu Picchu où nous sommes allés au milieu des touristes il y a de nombreuses années avec Béatrice.
    Souvenirs, souvenirs.
    Je regarderai votre périple.
    Bon voyage.
    Quel courage et quels mollets!!!!!!.

  3. Bonjour Madelaine, Bonjour Pascal,
    La libération des esprits passe bien sûr par la petite reine, qui donne des ailes aux jambes, à vous les rois des montagnes !
    Ah que je suis jaloux ! Car évidemment il fallait le faire : « Allons-nous-en, nous n’avons plus le droit de faire attendre le bonheur. »
    On vous embrasse bien tendrement.
    B&B.

  4. Hey! Salut à vous deux!
    Nous suivons votre périple grâce à votre blog…
    Ca à l’air magnifique tout ce que vous traversez!
    Hâte de vous retrouver pour se raconter tout ça autour d’un bon repas, et une bonne bouteille de pif (hein CC!).

    Merci pour la pensée à SCOOPS !
    Bonne suite
    On vous embrasse

    E et D

  5. En effet de plus en plus fantastique et le mot est faible! Et cette fois j’ai une question: vous avez quoi sous les pieds sur la photo « arrivée après la montée des marches »?

  6. Plusieurs jours sans ordi, c’est l’horreur… Et là, plein les mirettes : Cusco, vers la vallée sacrée, les terrasses, les salines, LE Machu Picchu… ça prend aux tripes. Votre aventure est fantastique, votre approche de cette aventure est fantastique, votre « BD » de bord est fantastique… vous êtes… oui… tasfantiques… Bravo. On est bavards mais on n’écrit pas souvent.

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.