Huit mois…

Huit mois…

Huit mois à vivre et à coucher dehors, à se confronter et à s’endurcir, au soleil, au vent, au froid, à la pluie, sans autre cuirasse que les minces toiles de nos vêtements et de notre tente.

Huit mois de vie intense, dense, augmentée, comme si le temps s’y était épaissi. Une vie qui compte triple.

Huit mois sans se projeter, sans prévoir. Juste vivre l’instant présent. Regarder, sentir, s’imprégner, boire, manger, dormir.

Huit mois de grands espaces, d’air pur, de nature vierge où l’homme semble être un intrus. Un régal pour les sens.

Huit mois d’itinérance, de nomadisme. Débarrassés du superflu. Légers comme l’air.

Huit mois loin du bombardement permanent des télés, radios, emails. Du temps pour lire, pour penser, pour ne penser à rien, pour divaguer.

Huit mois à voler de montagnes en vallées au gré de nos ailes mécaniques, à la seule force de nos muscles. A l’écoute de notre corps, merveilleuse machine. Comment voyager autrement désormais tant le vélo nous apporte sur un (trois) plateaux, tout ce que nous attendons de cette aventure.

Huit mois et quatre disparitions dans notre famille ou entourage proche. La camarde n’a pas pris de congé sabbatique, elle. On vous embrasse affectueusement Mamo, Doudou, Soisoi, Pierrette, Joël.

Huit mois de rencontres, de gentillesse, de sollicitude. Le voyage devrait être obligatoire pour tuer définitivement la peur de l’étranger !

Huit mois de vie de couple partagée 24h sur 24, dans l’inconfort souvent et la fatigue physique parfois, pour se connaître encore mieux. Pour se redire qu’elle est incroyable de ténacité, de force, de constance d’humeur, qu’elle m’impressionne, et que je l’aime aussi pour ça.

Huit mois d’une vie qui se suffit à elle-même, et qui me remplit complètement.

Huit mois à pleins poumons, huit mois de liberté, huit mois de bonheur.

 

 

 

Isla Grande de Tierra del Fuego : de Punta Arenas à Ushuaia

Isla Grande de Tierra del Fuego : de Punta Arenas à Ushuaia

Nous quittons le continent à bord du Pathagon au soir du 7 février. Destination Porvenir, de l’autre côté du détroit de Magellan, village niché au fond d’une baie tranquille, peuplé par une vague d’immigration croate venus y chercher de l’or à la fin du 19ème siècle.

Nous voici en Terre de Feu, ultime étape de notre voyage. 

Lire la suite Lire la suite

De Chaiten à Villa O’Higgins par la carretera australe

De Chaiten à Villa O’Higgins par la carretera australe

Au sud de Puerto Montt, l’étroite bande de terre chilienne se fendille, se craquelle, et s’éparpille dans l’océan, en une myriade d’îles, de baies et de fjords. Les quelques villes et villages qui peuplent ces lieux sont longtemps restés inaccessibles par la route, ou l’étaient uniquement depuis l’Argentine voisine.

La construction de la carretera australe, sorte de cordon ombilical permettant d’assurer une liaison routière aux confins sud du pays, a été entreprise en 1986, sous la dictature militaire de Pinochet, très soucieux de souveraineté nationale. Mise en service à partir de 1988, les derniers tronçons n’ont été achevés qu’en 2000.

Ouvrage pharaonique de plus de 1.200 km entre glaciers millénaires, cascades bondissantes, forêts infinies, rivières rugissantes, lacs turquoises, et fjords majestueux, la Ruta 7 est devenue une route mythique du bout du monde, et une sorte de Graal des cyclo-voyageurs.

Nos jambes s’impatientent déjà de la découvrir…

Lire la suite Lire la suite

Escapade à Chiloé

Escapade à Chiloé

Une soirée de Noël 2016 sans sapin, sans cadeaux, mais très festive. En compagnie d’une quarantaine de voyageurs du monde entier, nous nous régalons du délicieux buffet de spécialités chiliennes préparé pendant deux jours par l’équipe de Margouya Patagonia.

Lire la suite Lire la suite

Vers l’Argentine par le Paso Sico

Vers l’Argentine par le Paso Sico

Après 4 mois de voyage et nos quinze derniers jours de déserts, retrouver le confort du petit village hyper touristique de San Pedro de Atacama, oasis verte plantée au milieu du désert, est bien agréable.

Douillettement installés dans une cabaña du camping Casa Campestre, un peu à l’écart du centre, nous profitons de l’ambiance estivale. 

Lire la suite Lire la suite

Merci !

Merci !

Un grand merci pour tous vos messages enthousiastes ! Vous lire nous fait chaud au coeur et nous sommes heureux de partager cette aventure.

Pour les réponses aux questions posées dans vos commentaires, rendez-vous sur la nouvelle page FAQ.

On vous embrasse !